La Saint Vincent

Saint Vincent, saint patron des vignerons

Il se nommait Vincent PALOTTI, né à HUESCA en Espagne. Il fut instruit dans les saintes lettres par VALERE évêque de Saragosse.

Diacre et martyre de Saragosse (Espagne) au IVe siècle de notre aire, Saint Vincent est considéré comme le saint patron, protecteur des travailleurs de la vigne et dont la fête donne lieu chaque année (autour du 22 janvier, date de sa mort), à des défilés et des célébrations.

Cette date coïncide également avec la fin du repos hivernal pour la vigne. A cette fête sont associés des messes, des processions en habits, des offrandes, des bénédictions mais aussi des manifestations plus païennes comme des repas de vignerons, des chants, des bals, des tournées de caves et de cafés, etc.

Saint-Vincent peut être représenté en dalmatique, vêtement liturgique du diacre, montrant le livre de l'évangile qu'il devait proclamer et suivre, portant la palme des martyrs et une grappe de raisin, une serpette, instrument de son martyre (et de son métier") ou avec une grille, rappelant également ses tortures. II est vénéré partout où l'on fait du vin. On le trouve sur des vitraux, en statue, en image, dans des églises mais aussi dans des caves.

St Vincent Site

Statue de Saint Vincent

 

L’histoire veut que lors du siège de Saragosse en 542 par Childebert, roi de Paris, et Clotaire, roi de Soissons, touchés par la piété des habitants entrés en pénitence et processionnant derrière le corps de Saint-Vincent, les assaillants négocièrent les reliques de ce saint contre la levée du siège. Celles-ci furent alors déposées à Paris, à l’abbaye Sainte-Croix-Saint-Vincent, devenue depuis Saint-Germain-des-Prés.

Certains disent qu'il revenait aux vignerons d'être patronné, par un saint dont le corps, tel le raisin au pressoir, fut broyé sous les instruments de supplices, et qui, d'une suprême libération, versa son sang. On a fait valoir également qu'une roue de pressoir avait été utilisée, pour torturer Saint-Vincent.

Une légende plus moderne existe cependant : Un jour, Saint-Vincent s'arrêta au bord d'une vigne pour échanger quelques mots avec les vignerons. Pendant ce temps, son âne brouta de jeunes pousses de vigne. À la récolte suivante, le pied de vigne brouté fut bien plus productif que les autres. L'âne du saint venait d’inventer la taille de la vigne !

 

 

Quoi qu'il en soit, cette fête inaugure les travaux du vignoble en hiver. D'ailleurs, il était d'usage de ne tailler la vigne qu'à la Saint-Vincent. La coutume voulait que le jour de la Saint-Vincent, les vignerons se rendent dans leur vigne et donnent le premier coup de sécateur. Dans certaines régions, le vigneron revenait le soir affublé d'un bracelet de sarments autour du poignet. Dans d'autres contrées, au retour de la taille, on les faisait bruler dans l'âtre.

Le hameau des Parrichets possède sa propre réplique depuis plusieurs générations. Celle-ci est exposée au sein de sa niche, taillée en hauteur, dans la pierre d'une maison de la rue qui porte également son nom. Avec un minimum d'attention, vous pouvez aisément l'apercevoir en passant dans cette rue.

Elle veille pendant un an à la cuvée de l'année passée. Tous les ans, elle est honorée par les habitants des Parrichets et des Courrois, accompagnés de membres de la confrérie des Coteaux Briards. Descendue de sa niche, elle parcourt les rues du village à la tête d'une procession en habits d'époque suivie des habitants des hameaux. Brioches et vins chauds sont amicalement distribués avant que celle-ci ne soit replacée dans sa niche pour un an, accompagnée de la cuvée de l'année.

Niche Saint Vincent

Saint Vincent aux Parrichets

Une tradition de village que le Comité des Fêtes et des P'tits Loups des Parrichets et des Courrois tient à perpétuer, afin de partager un moment de rassemblement convivial au sein des hameaux. Pour plus de détail sur le déroulement de cette fête, regardez les photos des dernières manifestations de l'association :

Retour

Et à la prochaine fête de la Saint Vincent, on compte sur vous !!

La Saint Vincent fêtée également à Coulommiers…

Jusqu’au XIXe siècle, il y avait de la vigne dans la région de Coulommiers. C’est à cette époque que le seigneur du quartier, Gouveno de Mousseaux, est assailli dans ses vignes.  Il se défend grâce à un cep de vigne. En reconnaissance d’avoir eu la vie sauve, il fait construire en 1867 une chapelle dédiée à Notre Dame des Vignes. Aujourd’hui, on peut toujours voir le cep accroché à un mur de l’édifice.

Le temps passe, les vignes disparaissent et la chapelle est abandonnée…. En 1985, Jean Cheron déploie toute son énergie pour que la chapelle, témoin du passé, soit restaurée. En 1990, il crée la Confrérie des Coteaux Briards et depuis chaque année, à l’occasion de son Chapitre Solennel, la Confrérie se rend en la Chapelle Notre-Dame des vignes pour la fête de la Saint Vincent.

Remettre en valeur la culture de la vigne, tel est également le but de la Confrérie. Au lieu dit ‘Montapeine’, elle entretient amoureusement un clos de vigne pour sauvegarder les cépages briards.